Imagerie diagnostique

Présentation

Le Service d'imagerie diagnostique (SDI) fait partie des services dits centraux d'un hôpital avec le Laboratoire, l'Anatomie pathologique et la Pharmacie, qui soutiennent les autres spécialités.

Son activité principale consiste à :

  • Obtention d'images anatomiques à l'aide de différents appareils-modalités qui utilisent diverses méthodes physiques, afin d'établir un diagnostic ou de confirmer la normalité (ex. : prise de radiographies à l'aide d'appareils à rayons X, échographie, tomodensitométrie, résonance magnétique).
  • Obtention, à l'aide de différentes modalités-appareils, d'échantillons biologiques pour analyse clinique, microbiologique ou anatomopathologique (ex : ponction-aspiration ou biopsie de lésions tumorales, ponction-aspiration de fluides corporels).
  • Réaliser des actes thérapeutiques ou accompagner un traitement futur, guidé par l'image (ex : drainage d'abcès, pose de cathéters, pose de harpons ou de marqueurs mammaires avant une intervention chirurgicale).

Il fait également partie de plusieurs comités interdisciplinaires où des cas cliniques sont évalués afin d'évaluer les attitudes à adopter.

L'équipe humaine de SDI est composée de : médecins spécialisés en radiodiagnostic, infirmiers, techniciens supérieurs en imagerie diagnostique, infirmiers auxiliaires, brancardiers et administrateurs, tous en charge d'une ou plusieurs tâches au sein des différents processus qui composent l'activité globale. du service

  • Date de mise à jour: 01.01.2024

Chef de service

  • Jordi Catala Forteza

    diagnostic par image hgh

    chef du service de soins spécialisés

Membres
  • Maria Del Pilar Lozano Arranz

    diagnostic par image hsjd

    médecin coordonnateur de services

  • José María Vila De Miguel

    diagnostic par image hsjd

    médecin coordonnateur de services

  • Sonia Ruiz Macarrilla

    diagnostic par image hgh

    médecin coordonnateur de services

  • Javier Miguez González

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • David Esteban De Bonadona Tramón

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Gracia Valderas Martínez

    diagnostic par image hgh

    médecin spécialiste

  • Eva Almazán Mesa

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Francesc Calaf Forn

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Ingrid Carolina Duran Palacios

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Rafael Oliveira Caiafa

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Diego Solís Gutiérrez

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Maria Catalina Montull Ferrer

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

  • Vicente Valles Noguero

    diagnostic par image hsjd

    médecin spécialiste

Dans cette section apparaissent les professionnels du Consortium de Santé Intégrale qui ont autorisé l'affichage de leurs données personnelles.

  • Date de mise à jour: 01.01.2024

Appareils à rayons X (RX) :

Ils permettent de réaliser la radiologie dite conventionnelle, consistant à obtenir des radiographies de n'importe quelle partie du corps grâce à l'émission de rayons X.

 

Scans répartis par sections d'organes et de systèmes :

  1. Corps de chariot de vente: section destinée à l'étude de la pathologie des cavités thoracique, abdominale et des thyroïdes.
    • Poitrine:
      • Radiographie thoracique : elle continue de jouer un rôle primordial dans l'étude initiale de nombreuses pathologies du système respiratoire et cardiovasculaire. Nécessaire chez certains patients pour une évaluation préopératoire.
    • Abdomen:
      • Radiographie abdominale : elle a un rôle limité pratiquement dans le domaine des urgences comme première étude en cas de suspicion d'obstruction intestinale ou dans l'étude de la pathologie lithiase des voies urinaires.
  2. Appareil locomoteur: section destinée à l'étude de la pathologie osseuse, musculo-tendineuse et articulaire
    Radiographies de tous les os et articulations du corps, y compris scoliogrammes et télémétrie
  3. Vasculaire-Interventionniste: section visant à réaliser des études vasculaires et un interventionnisme de complexité moyenne

 

 

 

Télécommande (T) :

L'appareil est constitué d'une table mobile dans les 3 axes de l'espace et d'un tube à rayons X mobile dans l'axe longitudinal, qui permet, en complément de la radiologie conventionnelle, de réaliser des études radiologiques dynamiques préalablement à l'introduction de matériel de contraste soit buccal ou rectale, intraveineuse, endocavitaire ou intra-articulaire.
Tests avec contraste oral : œsophagographie, transit œsophagogastroduodénal, transit intestinal
Tests de contraste rectal : lavement opaque
Tests avec contraste intraveineux : urographie intraveineuse, phlébographie, artériographie
Tests avec contraste endocavitaire : hystérosalpingographie, cystographie, urétrographie, fistulographie
Tests avec contraste intra-articulaire : arthrographies
Il est également possible de vérifier la perméabilité de structures ou de cathéters en administrant un contraste à travers eux comme dans la cholangiographie trans-Kher ou la pyélographie pour néphrostomie.
Nous disposons également d'une télécommande multifonction qui permet des procédures interventionnelles de complexité moyenne telles que le drainage biliaire percutané ou la pose de cathéters tunnellisés pour la dialyse. Il dispose d'une vidéofluoroscopie qui permet également des études dynamiques comme le test de déglutition.
Scans répartis par sections d'organes et de systèmes :

  1.  Corps de chariot de vente: section destinée à l'étude de la pathologie des cavités thoracique, abdominale et des thyroïdes.
    • Poitrine : Endoscope thoracique : destiné à évaluer le mouvement diaphragmatique.
    • Abdomen : Tests visant à étudier le système digestif :
      • Œsophagogramme : avec administration de produit de contraste oral (barytine ou iodure) pour l'étude de la pathologie organique et fonctionnelle de l'œsophage.
      • Transit œsophagogastroduodénal : avec administration de contraste oral (baryum ou iodure) pour l'étude de la pathologie de la première section du système digestif.
      • Transit intestinal : avec l'administration de contraste oral baryté destiné à l'étude de la pathologie de l'intestin grêle.
      • Lavement opaque : avec administration rectale de produit de contraste (barytine ou iodure hydrosoluble) pour l'étude de la pathologie du gros intestin.
      • Test de déglutition : étude par vidéofluoroscopie de la motilité de déglutition avec administration de produits de contraste oral baryté.
      • Tests visant à étudier le système urinaire :
      • Urographie : avec administration de produit de contraste iodé par voie intraveineuse pour étudier les voies urinaires.
      • Cystographie et cystourethrographie : avec administration de contraste iodé endocavitaire pour l'étude de l'urètre et de la vessie.
      • Cholangiographie Trans-Kher : évaluation des voies biliaires avec injection de produit de contraste iodé à travers une sonde de Kher.
      • Pyélographie pour néphrostomie : évaluation des voies urinaires avec injection de produit de contraste iodé à travers un cathéter de néphrostomie.
  2. Appareil locomoteur: section destinée à l'étude de la pathologie osseuse, musculo-tendineuse et articulaire
    • Arthrographies : injection préalable de produit de contraste iodé intra-articulaire
  3. Pathologie des femmes: section destinée à l'étude de la pathologie spécifique des femmes gynécologiques et mammaires
    • Hystérosalpingographie : Test visant à évaluer la cavité utérine et les trompes de Fallope avant l'administration d'un produit de contraste iodé dans la même cavité endométriale.
  4. Interventionniste vasculaire : section visant à réaliser des études vasculaires et un interventionnisme de complexité moyenne
    • Artériographie : étude artérielle des extrémités
    • Phlébographie : étude veineuse des extrémités
    • Néphrostomie : mise en place d'un drainage percutané dans les voies urinaires
    • Drainage biliaire : mise en place d'un drainage percutané dans les voies biliaires
    • Tunneling des accès vasculaires pour la dialyse
Mammographie avec stéréotaxie (M) :

Il utilise les rayons X. Les mammographies sont réalisées spécifiquement et permettent de réaliser des interventions interventionnelles utilisant le système stéréotaxique telles que des biopsies ou la pose de harpons avant une intervention chirurgicale et le contrôle des pièces chirurgicales. Une galactographie est également réalisée, qui consiste en l'étude de la pathologie des canaux galactophores après introduction d'un contraste iodé à l'intérieur de ceux-ci.

Scans répartis par sections d'organes et de systèmes :

  1. Pathologie des femmes: section destinée à l'étude de la pathologie spécifique des femmes gynécologiques et mammaires
    • Mammographies : destinées spécifiquement à l'étude de la pathologie du sein.
      • Galactographie : étude visant à étudier la pathologie des canaux galactophores avant l'introduction du contraste iodé à l'intérieur de ceux-ci.
      • Le dispositif stéréotaxique intégré au mammographe lui-même permet de réaliser des actes interventionnels :
      • Biopsie à l'aiguille grossière guidée stéréotaxiquement
      • Placement des harpons guidé par stéréotaxie ou par coordonnées.
      • Vérification des pièces chirurgicales
échographiste (E)

Il permet d'obtenir des images par ultrasons, sans effets nocifs, de toute partie du corps présentant une limitation des structures osseuses et un certain degré de limitation avec des structures digestives aérées ou une localisation très profonde. Le mode Doppler permet l'étude dynamique des flux dans les structures vasculaires. Il est utilisé très fréquemment comme support pour des actes interventionnels notamment sur les structures superficielles (ponctions à l'aiguille fine (FNA), biopsies à l'aiguille grossière (BAG) et pose de cathéters).

Scans répartis par sections d'organes et de systèmes :

  1. Corps de chariot de vente: section destinée à l'étude de la pathologie des cavités thoracique, abdominale et des thyroïdes.
    • Poitrine:
      • Échographie thoracique : destinée principalement à l'étude de l'épanchement pleural
      • L’échographie est également utilisée comme guide pour réaliser diverses procédures interventionnelles :
      • Thoracocentèse : à la fois diagnostique et évacuatrice où un cathéter de drainage est souvent laissé en place dans cette dernière.
      • Biopsie pulmonaire/pleurale : de tumeurs pulmonaires périphériques ou de tumeurs pleurales.
    • Abdomen:
      • Échographie abdominale : destinée à l'étude de la plupart des organes intra-abdominaux et à la détection du liquide libre, avec une limitation vers le système digestif.
      • Echographie réno-vésicale et réno-vésico-prostatique : destinée à l'étude de la pathologie rénale, vésicale (principalement tumeur et bilan de vidange) et prostatique (principalement bilan d'hyperplasie). Notez que l’échographie abdominale n’est pas une méthode optimale pour évaluer la pathologie d’une tumeur prostatique.
      • Échographie rénale : évaluation du rein.
      • Echographie thyroïdienne et cervicale : la section corps réalise également des études visant à exclure une pathologie thyroïdienne et des structures cervicales.
      • L'échographie est également utilisée comme guide pour la réalisation de divers actes interventionnels, notamment sur les organes et structures de localisation superficielle :
        • Ponction-aspiration avec une aiguille fine.
        • Biopsies de tout organe solide, y compris la prostate, à l'aide d'un transducteur transrectal.
        • Placement de drains pour collections ou organes intra-abdominaux :
          • Cholécystostomie : drainage spécifique de la vésicule biliaire
          • Néphrostomie : drainage spécifique des voies urinaires
  2. Appareil locomoteur: section destinée à l'étude de la pathologie osseuse, musculo-tendineuse et articulaire
    • Les échographies visent principalement l'étude des lésions musculo-tendineuses, des parties molles et de la pathologie périarticulaire. La plus demandée est l’échographie de l’épaule.
    • L'échographie sert également de guide pour diverses procédures interventionnelles, ponction-aspiration, biopsies et extraction de corps étrangers.
  3. Neuroradiologie: section destinée à l'étude de la pathologie du système nerveux central, de la tête et du cou
    • Echographies : PAAF-Biopsie des lésions cervicales/adénopathies
  4. Pathologie des femmes: section destinée à l'étude de la pathologie spécifique des femmes gynécologiques et mammaires
    • Echographie mammaire : destinée à l'étude des lésions focales
    • Échographie axillaire : visant à évaluer les ganglions axillaires pour déterminer le stade du cancer du sein.
    • L’échographie est également utilisée comme guide pour réaliser diverses procédures interventionnelles :
      • Ponction-aspiration guidée par échographie
      • Biopsie à l'aiguille grossière guidée par échographie
      • Placement de harpons mammaires et de marqueurs guidés par échographie avant l'intervention chirurgicale.
      • Ponction d'évacuation des collections mammaires et pose de cathéters de drainage.
  5. Vasculaire-Interventionniste: section visant à réaliser des études vasculaires et un interventionnisme de complexité moyenne
    • Echographie Doppler TSA : étude de la pathologie athéromateuse des troncs supra-aortiques
    • Échographie Doppler des artères rénales : pour l'évaluation dans le cadre de l'hypertension artérielle
    • Échographie Doppler des artères des membres
    • Échographie Doppler veineuse des extrémités : pour l'évaluation d'une pathologie thrombotique et d'une insuffisance veineuse

 

 

Tomodensitométrie (TDM)

Il obtient des images de n'importe quelle partie du corps à l'aide d'un tube à rayons X qui tourne axialement vers une ou plusieurs rangées de détecteurs tout en déplaçant la table sur laquelle repose le patient. Le nombre de détecteurs déterminera les capacités du CT en termes de caractéristiques de vitesse d'acquisition d'images et de leurs épaisseurs. L'administration de produit de contraste iodé par voie intraveineuse augmente la sensibilité et la spécificité des tests vis-à-vis de certains types de pathologies. De même, certaines études peuvent nécessiter l'administration d'un produit de contraste oral ou rectal ou un nettoyage préalable du tube digestif. Il est utilisé assez fréquemment en complément des procédures interventionnelles (aspiration à l'aiguille fine (FNA), biopsies à l'aiguille grossière (BAG) et pose de cathéter).

Scans répartis par sections d'organes et de systèmes :

  1. Corps : section destinée à l'étude de la pathologie des cavités thoracique, abdominale et de la thyroïde.
    • Poitrine:
      • Scanner thoracique : principalement destiné à l'étude de la pathologie des voies respiratoires, à l'étude des nodules pulmonaires et à la stadification tumorale.
      • Scanner thoracique haute résolution : destiné principalement à étudier la pathologie de l'interstitium pulmonaire.
      • Angio-TDM des artères pulmonaires : pour exclure une thromboembolie pulmonaire.
      • Angio-CT de l'aorte : pour l'étude de l'aorte thoracique.
      • Cardio-TDM des artères coronaires et « score calcique » : étude spécifique de l'arbre artériel coronaire.
      • Biopsie pulmonaire : la tomodensitométrie est utilisée comme guide pour effectuer des biopsies pulmonaires.
    • Abdomen:
      • TDM abdominale : principalement indiquée pour le bilan d'extension des tumeurs, la caractérisation des lésions focales de tout organe intra-abdominal et l'évaluation de l'espace rétropéritonéal.
      • Uro-CT : destiné à l'étude de la pathologie des lithiases ou tumeurs des voies urinaires.
      • Colo-CT/Coloscopie Virtuelle : destinée à l'étude de la pathologie des tumeurs coliques principalement dans les cas de contre-indications à la coloscopie ou lorsque celle-ci est incomplète. L'administration d'un produit de contraste oral est nécessaire pour marquer les selles.
      • La tomodensitométrie est également utilisée comme guide pour diverses procédures interventionnelles, ponctions, biopsies et mise en place de cathéters de drainage.
      • IRM abdomen : principalement pour l'étude des lésions focales de tout organe intra-abdominal. Quantification du fer dans le foie en cas d'hémochromatose suspectée ou étudiée.
      • IRM pelvienne : pour l'étude des lésions focales des organes pelviens féminins, la stadification des néoplasies rectales et l'étude de la pathologie inflammatoire recto-anale (fistules).
      • Cholangio-MR : destiné à l'étude des voies biliaires.
      • Entero-MR : destiné à l’étude de la pathologie inflammatoire intestinale.
      • Uro-MR : évaluation de la pathologie des voies urinaires.
      • IRM-prostate : évaluation spécifique de la prostate principalement pour la détection de tumeurs.
      • Défécographie-IRM : évaluation spécifique de la motilité du plancher pelvien
      • Comités : hépato-biliaire, carcinose, cancer colorectal, cancer digestif, cancer de la prostate, cancer rein-voies urinaires
  2. Appareil locomoteur : section destinée à l'étude des pathologies osseuses, musculo-tendineuses et articulaires
    Scanner de tout os et articulation du corps destiné principalement à l'étude de la pathologie osseuse (fractures et tumeurs) et articulaire. Limitation dans l’étude des structures méniscales, ligamentaires et musculo-tendineuses.

    • CT dentaire : destiné à l’étude des pièces dentaires.
    • La tomodensitométrie est également utilisée comme guide pour réaliser diverses procédures interventionnelles, ponction-aspiration et biopsies.
  3. Neuroradiologie : section destinée à l'étude de la pathologie du système nerveux central, de la tête et du cou
    • TDM de la tête, TDM du cou, TDM des sinus paranasaux, TDM de la masse faciale, TDM des oreilles, TDM de l'orbite, TDM de la roche, TDM de perfusion.
    • Angiographie CT intracrânienne, angiographie CT du tronc supra-aortique
  4. Pathologie de la femme : section destinée à l'étude de la pathologie spécifique de la femme gynécologique et mammaire
    • TDM abdomino-pelvienne : principalement pour la stadification des tumeurs gynécologiques et mammaires
    • Scanner pulmonaire : principalement pour la stadification des tumeurs gynécologiques et mammaires
  5. Vasculaire-Interventionniste : section visant à réaliser des études vasculaires et un interventionnisme de complexité moyenne
    • Angio-TDM de l'aorte : étude spécifique de l'artère aortique
    • Angio-TDM d'un. mésentérique : étude spécifique de l'artère mésentérique supérieure.
    • Angio-TDM d'un. rénal : étude spécifique des artères rénales
    • Angio-TDM des membres inférieurs : des artères des jambes
Résonance magnétique (MR)

Il permet d'obtenir des images de n'importe quelle partie du corps avec un certain degré de limitation concernant les structures très aériennes ou la présence de gaz. L'obtention d'images repose sur le comportement différent des tissus corporels sous un champ magnétique lors de l'émission d'ondes radiofréquences. L'administration de contraste paramagnétique avec du Gadolinium par voie intraveineuse augmente la sensibilité et la spécificité des tests vis-à-vis de certains types de pathologies. De même, certaines études peuvent nécessiter l'administration de composés par voie orale.

Scans répartis par sections d'organes et de systèmes :

  1. Corps de chariot de vente: section destinée à l'étude de la pathologie des cavités thoracique, abdominale et des thyroïdes.
    • Poitrine:
      • Cardio-MR : étude spécifique de la pathologie cardiaque. Il existe plusieurs types de tests, dont certains nécessiteront l’administration de médicaments ou de produit de contraste paramagnétique. Ces tests sont effectués et évalués en collaboration avec un cardiologue.
      • Types de tests : Cardio-MR Fonctionnel, Cardio-MR Fonctionnel avec étude de viabilité myocardique et/ou perfusion myocardique, Cardio-MR pour étude de débit
      • IRM thoracique : L'IRM a un rôle limité dans l'étude de la pathologie thoracique, principalement orientée vers l'étude de la pathologie médiastinale.
      • Angi-MR des veines pulmonaires : étude spécifique des veines pulmonaires
      • Comités : cancer du poumon, maladies interstitielles.
  2. Appareil locomoteur: section destinée à l'étude de la pathologie osseuse, musculo-tendineuse et articulaire
    IRM de tout groupe musculaire, os et articulations, de bonne résolution pour l'étude des structures méniscales et ligamentaires. Les plus fréquents sont :

    • IRM du genou, IRM de l'épaule, IRM de la colonne vertébrale, IRM de la hanche, IRM de la cheville, IRM du poignet, IRM sacro-iliaque, IRM du coude.
    • Arthro-MR : injection intra-articulaire préalable de produit de contraste paramagnétique (Gadolinium). Principalement poignet, épaule, genou et hanche.
    • IRM du plexus brachial : étude spécifique des racines nerveuses du plexus brachial.
  3. Neuroradiologie: section destinée à l'étude de la pathologie du système nerveux central, de la tête et du cou
    • IRM crânienne, IRM crânienne avec spectroscopie, IRM orbitale, IRM spinale (pour l'évaluation de la moelle épinière), IRM hypophysaire, IRM du canal auditif interne, IRM pénienne, IRM du débit du liquide céphalo-rachidien (dynamique du LCR), IRM du cou, IRM du larynx, IRM du oropharynx, IRM de la parotide, IRM des sinus paranasaux.
    • Angiographie IRM intracrânienne, angiographie IRM du tronc supraaortique
  4. Pathologie des femmes: section destinée à l'étude de la pathologie spécifique des femmes gynécologiques et mammaires
    • IRM mammaire : étude spécifique de la pathologie du sein, principalement la détection des tumeurs, la caractérisation et le bilan d'extension et l'évaluation des prothèses.
    • IRM bassin : étude des tumeurs gynécologiques. Etude du plancher pelvien.
  5. Vasculaire-Interventionniste: section visant à réaliser des études vasculaires et un interventionnisme de complexité moyenne
    • Angio-MR de l'aorte : étude spécifique de l'artère aortique
    • Angio-MR d'un. rénal : étude spécifique des artères rénales
    • Angio-MR des membres inférieurs et supérieurs : des artères des jambes et des bras
    • Angiographie IRM des artères viscérales : étude des artères abdominales
    • Angiographie IRM veineuse : étude spécifique des veines

 

Hôpital Moisés Broggi (HMB)
  • 3 appareils de radiologie conventionnels
  • 1 mammographie
  • 1 télécommande multifonction
  • 3 échographistes
  • 3 tomodensitomètres (respectivement une sur 64 et deux sur 128 couronnes de détection)
  • 1 RM de 1,5 Teslas

De même, HMB et HGH disposent d'appareils portables et d'arcs chirurgicaux pour réaliser la radiologie conventionnelle en USI, pour les patients admis qui ne peuvent pas être déplacés vers le SDI et pour le soutien en salle d'opération.
Les deux hôpitaux de soins aigus (HMB et HGH) réalisent une activité ambulatoire dans les différentes modalités du lundi au vendredi de 8h22 à 24hXNUMX, une activité vers les patients hospitalisés programmés et sur demande, et une activité d'urgence vers les patients hospitalisés et les urgences XNUMX heures sur XNUMX.
Les tomodensitogrammes urgents en dehors des heures d'ouverture sont signalés par téléradiologie.
Outre les centres CSI eux-mêmes (HMB, HGH, Hospital Sociosanitari de l'Hospitalet, ABS Ronda Torrassa et ABS Collblanc), la couverture est assurée sur demande au CAE (Centre de Soins Spécialisés) de Ronda Torrassa, Cornellà de Llobregat et de Sant Feliu. de Llobregat. HADO (Home Hospitalization) et SEVAD (Dependency Assessment Service) sont également pris en charge.
Le programme de dépistage du cancer du sein de l'ICO de la zone est également soutenu avec la réalisation d'environ 4.000 XNUMX mammographies par an.

Participation aux comités
  • Comités d'Urologie (Prostate-Rein/Voies Urinaires)
  • Comité d'oto-rhino-laryngologie
  • Comité pulmonaire
  • Comité hépatobiliaire
  • Comité de la carcinose
  • Comité colorectal
  • Comité de pathologie digestive
  • Comité de pathologie mammaire
  • Comité de gynécologie
Participation aux commissions
  • Commission de mortalité
  • Commission pour l'amélioration de la pratique clinique-Commission des orientations
  • Date de mise à jour: 01.01.2024

Maladies et procédures

  • Il est bon que les médecins prescripteurs et les patients connaissent certains aspects liés aux tests effectués au SDI. La demande en la matière a considérablement augmenté ces dernières années et, étant donné que les ressources sont limitées, il n'est nécessaire d'ajuster la demande que lorsque cela est réellement justifié. Chaque test a des indications, et ce qui est bon pour un patient ou pour l'étude d'une certaine pathologie ne l'est pas toujours pour un autre. En fin de compte, il appartient au spécialiste du radiodiagnostic d'approuver les tests demandés, notamment ceux qui utilisent des rayonnements ionisants, en raison des risques supplémentaires qu'ils comportent.

  • Rayonnement ionisant:

    Il s'agit d'un type d'ondes électromagnétiques qui, en traversant le corps, donnent des informations sur la densité des tissus. Le risque est qu’ils endommagent les cellules, ce qui pourrait conduire au développement d’un cancer. Ce risque est cumulatif et d’autant plus grand que le rayonnement reçu est important, c’est pourquoi ces tests ne doivent être effectués que lorsqu’ils sont pleinement justifiés. Cependant, la plupart des tests utilisant des rayonnements ionisants effectués au SDI le font à faibles doses et avec très peu de risque de développer une pathologie liée à ceux-ci.

    Cependant, des précautions particulières doivent être prises chez les enfants et les patientes enceintes, car eux et le fœtus sont plus radiosensibles. Les femmes enceintes doivent signer un consentement éclairé avant de réaliser le test.

  • Contrastes :

    Il y aura certains tests dont la réalisation ou l’optimisation nécessitera l’administration d’un produit de contraste. Les agents de contraste sont des substances qui améliorent la densité des tissus ou des cavités dans les études utilisant des rayonnements ionisants ou l'intensité du signal dans les études IRM en raison de leurs propriétés chimiques.
    Lors de la commande ou de la réalisation d'un test avec contraste, plusieurs points doivent être pris en compte :

    1. Les allergies: L'injection intraveineuse de produit de contraste iodé ou de Gadolinium peut provoquer des réactions allergiques. Si l'allergie aux composés iodés ou au Gadolinium est connue, le test n'est pas recommandé. S’il était nécessaire de le réaliser, un régime de désensibilisation médicamenteuse peut être effectué au préalable.
    2. Insuffisance rénale: l'injection de contraste iodé est contre-indiquée en raison de son effet néphrotoxique et le Gadolinium en raison du risque de développer une fibrose systémique néphrogénique chez les patients présentant une insuffisance rénale aiguë ou avancée (filtrat glomérulaire (DFG) égal ou inférieur à 30 ml/min/ 1,73 m2 .
    3. hyperthyroïdie: des taux élevés d'iode dans le sang réduisent l'effet des médicaments antithyroïdiens, c'est pourquoi l'injection de produit de contraste iodé est contre-indiquée chez les patients souffrant d'hyperthyroïdie.
    4. Examens de médecine nucléaire : L'utilisation de produits de contraste iodés réduit l'absorption de l'iode radioactif utilisé dans la scintigraphie diagnostique de la thyroïde et dans les procédures thérapeutiques à l'iode radioactif. Il est recommandé d'attendre 8 semaines entre l'étude du contraste iodé et le test à l'iode radioactif.
    5. Allaitement maternel: les protocoles et les revues publiés ces dernières années suggèrent, à la lumière des données disponibles à ce jour, que les produits de contraste iodés et les composés de gadolinium sont sans danger, tant pour la mère que pour le nourrisson, afin que l'allaitement puisse se poursuivre normalement après l'administration de ces types de contraste.
    6. Metformine : Si le patient prend de la metformine, un produit de contraste iodé doit être administré par voie intraveineuse, il n'y a aucun signe d'insuffisance rénale aiguë et le DFG est supérieur à 30 ml/min/1,73 m2, aucune mesure n'est requise. S'il existe des signes d'insuffisance rénale aiguë ou si le patient souffre d'insuffisance rénale chronique et que le DFG est égal ou inférieur à 30 ml/min/ 1,73 m2 ou si un cathétérisme artériel sera effectué qui pourrait produire une embolie affectant les artères rénales, dans ces cas Dans certains cas, il est recommandé de supprimer la metformine avant l'intervention (au moins une fois le produit de contraste injecté) et de ne pas l'administrer pendant 48 heures. Passé ce délai, la fonction rénale sera vérifiée pour être normale avant de reprendre la metformine.
  • Résonance magnétique (RM) :

    Face à la nécessité de réaliser une IRM, certains aspects doivent être pris en compte :

    • Évitez de les demander si le patient est claustrophobe. Nous n'avons pas de MR ouverts, ils doivent donc être orientés vers d'autres centres avec cette possibilité.
    • Si le patient porte des prothèses ou des appareils métalliques, vérifiez s'ils sont compatibles avec la réalisation du test, car le champ magnétique peut déprogrammer les stimulateurs cardiaques et certaines prothèses et appareils en matériau ferromagnétique peuvent bouger ou surchauffer, avec un risque potentiel de blessure pour le patient. Les interventions chirurgicales récentes doivent également être prises en compte pour la présence de clips métalliques et il faut se demander s'il n'y a pas de corps étrangers ferromagnétiques acquis accidentellement dans le corps, tels que des pellets ou du matériel de soudure. De même, le matériau de certains tatouages ​​peut également contenir des éléments ferromagnétiques.

    Des éléments tels que le titane, le chrome-cobalt et le cuivre sont des matériaux sûrs en IRM.

    • Grossesse: une IRM est contre-indiquée pendant le 1er trimestre de la grossesse sauf s'il s'agit de décider d'une IVG.
  • Préparatifs préliminaires :

    Il existe plusieurs tests qui nécessiteront une préparation préalable afin de fonctionner de manière optimale et d'autres non.

    • Appareils à rayons X (RX): La radiologie conventionnelle et la mammographie ne nécessiteront pas de préparation préalable.
    • télécommande (T):: Plusieurs tests effectués sur la télécommande nécessitent une préparation :
      • Œsophagogramme : Transit œsophagogastroduodénal et transit intestinal : jeûne de 6 heures.
      • Lavement opaque: régime pauvre en résidus deux jours avant l'examen, nettoyage intestinal avec des laxatifs la veille et jeûne.
      • Hystérosalpingographie: Elle doit être réalisée entre le 7ème et le 11ème jour de la période menstruelle. Des antibiotiques doivent également être prescrits pour prévenir d’éventuelles infections.
      • Urographie: régime pauvre en résidus deux jours avant l'examen, nettoyage intestinal avec des laxatifs la veille et jeûne.
    • Échographie (E): Certaines échographies nécessitent une préparation :
      • Échographie abdominale: jeûner pour pouvoir évaluer correctement la vésicule biliaire et éviter les distorsions de l'image provoquées par la matière alimentaire au niveau gastro-intestinal.
      • Échographie rénovésicale et rénovésicoprostatique: il vous faudra voir 1,5 l. d'eau 1 heure avant le test et retenir les urines afin d'obtenir une bonne fenêtre acoustique pour l'évaluation de la prostate et des résidus post-mictionnels le cas échéant et de pouvoir bien évaluer la vessie. Si le patient porte une sonde vésicale, celle-ci devra être clampée pour pouvoir remplir la vessie.
        Pour l’échographie rénale uniquement, aucune préparation n’est requise.
    • Tomodensitométrie (CT): Le jeûne n'est pas indispensable sauf si l'étude vise spécifiquement à évaluer le tube digestif entre l'œsophage et le caecum ou une pathologie vésiculaire, où celle-ci durera au moins 4 heures.
      • Colo-CT/Coloscopie virtuelle: Régime pauvre en résidus et administration orale de produit de contraste iodé hydrosoluble les jours précédents et lavement nettoyant le jour même.
    • Résonance magnétique (IRM): Certains tests nécessitent une préparation :
      • Cholangio-MR : 6 heures de jeûne
      • IRM entière: Jeûne de 6 heures et administration d'une préparation orale à base de polyéthylène glycol
      • Cardio-IRM : 6 heures de jeûne
      • Défécographie-MR : lavements de nettoyage rectal la veille et le jour de l'examen.
    • Procédures interventionnelles: il faudra prendre en compte tout problème lié à la coagulation du patient, en évaluant, en cas de prise de médicaments antiplaquettaires ou anticoagulants, le rapport risque/bénéfice concernant la possibilité de saignement ou de thrombose en cas de changement de régime médicamenteux. Il faut également tenir compte des éventuelles allergies aux anesthésiques locaux et au matériau de support utilisé pour les réaliser : plâtre, latex, etc.
  • Date de mise à jour: 01.01.2024

Recherche

Recherche Participation à plusieurs essais cliniques avec les services de Neurologie, Néphrologie, Digestive et Chirurgie Générale

  • Date de mise à jour: 01.01.2024

Pré-diplôme :

Séminaires sur les radiographies du thorax et de l'abdomen pour les étudiants de 4e année de médecine de l'Hospital Clínic et de 6e année de l'hôpital universitaire Bellvitge

De troisième cycle:

Accréditation obtenue en 2023 pour la formation MIR en Radiodiagnostic.

Il accueille des rotations mensuelles de résidents du MIR dans les spécialités suivantes :

  • Chirurgie générale.
  • gériatrie
  • Médecine familiale et communautaire.
  • Gynécologie et obstétrique.
  • Médecine interne.
  • digestif
  • anesthésie
Formation continue:
  • Séance hebdomadaire SDI
  • Séance multidisciplinaire trimestrielle sur les maladies pulmonaires interstitielles avec les services de Pneumologie et Rhumatologie
  • Séance multidisciplinaire mensuelle avec les services Digestifs et
  • Chirurgie des maladies inflammatoires de l'intestin
  • Participation à des conférences, cours et congrès nationaux et internationaux sur l'imagerie diagnostique.
  • Date de mise à jour: 01.01.2024

  • PARTAGER